Accompagner le Vivant, pour une meilleure relation à Soi et au Monde

L’hypnose

L’hypnose renvoie à 2 spécificités

  1. L’hypnose correspond un état de conscience : l’état de conscience modifié, situé entre la veille et le sommeil, proche du sommeil. On parle aussi de sommeil hypnotique (ou sophronique, en sophrologie) ou de transe (dans les pays anglosaxon. En France, bien souvent, ce terme effraye de par une connotation négatives).

    L’ECM (Etat de Conscience Modifié) qui est en fait un état naturel. Nous vivons naturellement cet éta,t quotidiennement, lorsque par exemple on laisse l’esprit s’échapper en regardant défiler le paysage depuis un véhicule ou bien en regardant les flammes d’un feu danser ou même en visionnant un film. Cet état est vérifiable par électroencephalogramme.
  2. Un outil thérapeutique comportant un ensemble de techniques, verbales et non-tactiles, provoquant l’ECM et de l’exploiter pleinement.

« C’est un état d’attention et de réceptivité intense avec une augmentation significative des réactions positives à une idée ou à un groupe d’idées »

Milton Erickson, fondateur de l’hypnose Ericksonienne

Fonctionnement de l’hypnose

L’hypnose permet de renforcer et d’amplifier les ressources présentes dans l’inconscient d’une personne.

En état naturel de vigilance, un sujet n’a accès qu’à ses pensées, ses habitudes et ses comportements conscients, qui sont restreints par des croyances « limitantes ». En état hypnotique, ces aspects bloquants disparaissent, ce qui permet à l’esprit de développer et d’accéder sans limites à ses idées, ses ressources intérieures, son plein potentiel et reprogrammer ses schémas de fonctionnement positivement.

Les idées préconçues sur l’hypnose

Souvent, l’hypnose fait peur. « L’hypnose de spectacle » et les films y sont pour beaucoup.

  • Les personnes s’imaginent que l’hypnothérapeute peut induire n’importe quelle suggestion à la personne hypnotisée et lui faire faire tout et n’importe quoi : c’est faux !
    En état d’hypnose (ECM), votre insconcient est en hyper-vigilance. Il est impossible de vous induire des suggestions contraire à vos valeurs profondes. Au contraire, en ECM, votre cerveau est beaucoup plus « réactif ».
    Et quand bien même ce serait possible : ce ne serait vraiment pas éthique et contraire à la déontologie de l’hypnose et à laquelle le praticien s’est engagée à respecter.
  • L’hypnose est parfois perçue comme un outil magique et l’hypnothérapeute comme un mystique avec des pouvoirs surnaturels. C’est faux !
    L’hypnose est une technique qui s’apprend et répond à des procédures bien définies et codifiées. Aussi, l’hypnose, comme toutes les techniques psychothérapeutiques, demande une motivation et investissement dans votre travail thérapeutique vers la ‘guérison’. Chacun est acteur de sa vie.
  • « Je risque de dépendre du thérapeute » : faux !
    Bien au contraire, l’hypnose – comme toutes les techniques psychocorporelles – vous rendent autonome de votre processus de guérison et de bien-être. L’accompagnement vous apprend, progressivement, à entrer en auto-hypnose.

Pourquoi recourir à l’hypnose ?

Les usages de l’hypnothérapie sont multiples :

  • Renforcer ses ressources, développer ses capacités (concentration, mémoire, créativité) et sa confiance en soi ;
  • Diminuer le stress physique et mental, et mieux gérer certaines situations et émotions (anxiété, peurs, colère) ;
  • Gérer la douleur, de manière ponctuelle (ex. extraction dentaire, accouchement) ou en cas de douleurs chroniques ;
  • Faciliter le sommeil ;
  • Se libérer des addictions (tabac, drogues, alcool, mais aussi à l’écran) ;
  • Changer des habitudes de vie et des comportements « négatifs » ;
  • Se libérer des phobies ;
  • Soulager les symptômes de dépression ou de burn-out.
  • Soutien en cas de maladie (peau, cancer, sida, fybromalgie etc)

L’hypnose ne se soutrait pas à un suivi et traitement médical.
Il accompagne le traitement, afin de mieux en supporter les effets indésirables et renforcer le mental.

Déroulé d’une séance d’hypnose

Durant une séance d’hypnose, vous êtes habillé (si possible de vêtements confortables) et déchaussé (facultatif mais préférable pour une bonne détente). Vous pouvez être assis, débout ou couché. Le thérapeute peut mettre une musique de fond favorisant la détente.

  • L’anamnèse : La séance débute par un entretien préalable. Cet entretien permet d’établir une relation de confiance et de sécurité entre le patient et l’hypnothérapeute. Il donne aussi des informations permettant d’établir votre « profil » et vos objectifs pour décider du protocole d’accompagnement.
  • L’induction : Le praticien ou l’hypnothérapeute induit l’état hypnotique (ou ECM) chez le patient par la parole et des techniques de focalisation (concentration sur un objet réel ou imaginaire, par exemple).
  • Suggestions thérapeutiques. Un fois, en état hypnotique, le thérapeute, toujours par la parole, inscrit des messages thérapeutiques dans votre inconscient, à l’aide de diverses techniques (métaphores, renforcement du positif, sensations corporelles agréables etc). L’hypnothérapeute choisit les outils les plus adaptés à votre profil de réceptivité (auditif, kinesthésique, visuel etc) et de vos objectifs.
  • Dialogue post-hypnothique. A votre « réveil » (retour à un état de conscience de vigilance), vous pouvez exprimer vos ressentis, vos souvenirs et images de ces suggestions.

Une séance dure en moyenne 1h à 1h30. Le premier rendez-vous dure toujours un peu plus longtemps.

Il est conseillé de suivre un cycle minimum de 3 séances, afin d’amorcer le processus de transformation dans votre inconscient.

Pour qui ? Où ?

L’hypnose peut se pratiquer – auprès des enfants, des adolescents, des adultesdes séniors – en accompagnement individuel, en ateliers (pour travailler en groupe sur un thème particulier), en stage (de plusieurs jours, en groupe pour un travail plus approfondi sur un thème défini).

L’hypnologue peut intervenir dans différentes structures :

  • en cabinet privé (pour un accompagnement thérapeutique ou de développement personnel personnalisé et complet).
  • les structures médicales, en soutien aux traitements médicaux (gestion de la douleur, du sommeil, l’accompagnement à l’abstinence, rééducation, amélioration de l’image de soi… ), soutien au personnel (prise de recul, gestion du stress… )
  • les entreprises : développement de la communication, gestion des conflits, amélioration des performences, prévention des burn out…
  • les clubs sportifs, culturels, artistiques : gestion du trac, amélioration de la mémorisation, développement de la créativité, récupération physique, préparation mentale…
  • les centres sociaux : pour développer l’estime de soi, l’insertion sociale ou professionnelle, la prise de recul du personnel…
  • milieu carcéral : gestion de la violence, insertion, prise de recul du personnel…
  • écoles, centres de formation : aide à la concentration, la mémorisation, la motivation, préparation aux examens, gestion des émotions et des conflits, prise de recul du personnel…
  • centre de bien-être : récupération physique, détente, vitalité, prise de recul du personnel…
  • maison de retraite : stimulation de la mémoire, gestion du sommeil, vitalité, stimulation des capacités cognitives, prise de recul du personnel…

Les pratiques psychocorporelles ne peuvent se substituer à un avis ou encore moins à un traitement médical. Elles peuvent être un complément utile.


Je vous propose un accompagnement en hypnothérapie : contactez-moi pour une prise de rendez-vous.

%d blogueurs aiment cette page :