Introduction à la permaculture

Origine et définition

La permaculture est née dans les années 1970. Bill Mollisson et David Holmgren, deux australiens, en sont les précurseurs. Ils cherchaient à mettre en place des systèmes agricoles stables et autogérés, répondant aux besoins des Hommes et préservant l’environnement.

La permaculture était à l’origine un outil pour repenser l’agriculture. Le terme «permaculture» vient de la contraction des mots «agriculture» et «permanente». Puis, le concept de permaculture a évolué vers «culture permanente» (culture = aspects sociaux d’une société).

Elle s’intègre dans une démarche holistique (= globale). Elle englobe une façon de produire, de cultiver, d’agencer notre environnement, mais aussi les relations humaines, l’éducation, l’instruction, la santé, le logement, le transport, l’économie etc.

Tous les domaines de la vie peuvent être permaculturels : réaménager son lieu de vie (la maison et/ou le jardin), repenser sa façon de consommer, réorganiser la structure de son école, de son village, de son quartier…

La permaculture est un concept d’aménagement de lieu ou d’organisations humaines où tous les éléments sont pris en compte et interdépendants afin de créer un écosystème durablement viable.

permaculture

 

Les 3 éthiques de la permaculture

La Terre est une entité qui vit et qui respire. Elle est Source de toute vie. L’Homme fait partie du règne animal, il ne peut pas indéfiniment se soustraire aux règles de la Nature sans de lourdes conséquences. Chaque choix, idée, chaque geste devrait étudiés avant tout son impact environnemental.

La permaculture est un concept où l’homme vit en harmonie avec la nature qui l’entoure : cultiver avec la nature plutôt que contre elle.

Prendre soin de la Terre, c’est connaître et respecter le fonctionnement de notre environnement pour maintenir ou créer des écosystèmes permettant une production de nourriture abondante, durable et préservant la biodiversité.

Quelques techniques permacoles :

  • n’utiliser aucun produit chimique afin de protéger la microfaune (vers de terre, insectes… )
  • la culture sur buttes
  • le jardinage bio intensif
  • le compostage
  • couvrir le sol de “mulch” (d’origine animale, végétale ou minérale) pour préserver l’humidité de la terre (paillage, BRF, feuilles… )
  • récupérer et recycler les eaux de pluie et de ruissellement qui regorgent d’éléments nutritifs bons pour la végétation
  • associer et rapprocher les plantes susceptibles d’interagir positivement entre elles

La permaculture humaine revient à respecter l’homme dans son intégrité physique, psychologique et spirituelle afin de créer des relations harmonieuses entre les êtres d’une façon durable.

Comment ? De même que nous devons connaître le fonctionnement de notre environnement afin de le respecter, nous devons découvrir et comprendre notre propre fonctionnement intérieur pour mieux « nous gouverner ». Pour pouvoir prendre soin des autres, je dois savoir prendre soin de moi.

Le changement commence par soi-même !

  • D’abord, répondre à mes besoins primaires, comme me nourrir, me loger, me vêtir, me soigner…
  • Puis « apprendre à me connaître » intérieurement pour me mettre en harmonie avec moi-même. Entrer dans mon histoire personnelle :
    • D’où je viens, où je vais ? Quels sont mes objectifs ? Qu’est ce qui me fait vibrer ? Qui suis-je ?
  • Régler mes conflits intérieur, apprendre à gérer mes émotions afin de ne plus me laisser déborder par mes flux d’émotions « négatives » (colère, peur, tristesse, jalousie… ). Regarder mes « failles » sans crainte et sans me mentir.

Il existe différents outils pour cela :

  • accompagnement individuel (sophrologie, relaxologie, diverses outils thérapeutiques et de développement personnel.).
  • communication non violente (CNV)
  • la non-violence
  • la parentalité positive (accompagner les enfants sans violences physiques et psychologiques)
  • etc

Développer sa responsabilité personnelle pour une coopération et une approche collective.

Créer cette harmonie pour soi avec soi, mais aussi au sein du couple, de la famille, la sphère amicale, avec les collègues et l’équipe de travail, de la communauté, la société, le monde….

La permaculture appelle à la création de l’abondance et son partage avec équité et équilibre.

Partager équitablement, afin que chacun puisse évoluer dans les meilleures conditions. Équilibrer le « donner » et « recevoir ».

Redistribuer les surplus : Viser l’abondance des formes et des richesses, encourager la coopération et la solidarité plutôt que l’individualisme et la compétition. Partager son surplus de temps, d’information, d’énergie physique et morale : l’entraide 

Limiter sa consommation : Limiter ses besoins afin de limiter sa consommation d’énergie, de ressources naturelles non renouvelables…et d’éviter le gaspillage.

« Vivre simplement pour que d’autres puissent simplement vivre »
Gandhi

Permaculture, une philosophie

La philosophie de la permaculture est en pratique souvent malmenée. La permaculture devient très à la mode : un grand business, une étiquette marketing. La permaculture se bobotise.

Permaculture Business

De plus en plus de formations et stages –  d’ailleurs souvent très chers – sont proposés pour apprendre des savoir-faire et des savoir-être qu’on pourrait découvrir seuls via des lectures, des rencontres, de l’expérimentation, gratuitement ou pour nettement moins chers. Durant ces stages, vous vous retrouvez à construire pour le formateur ou chez des hôtes leurs aménagements ou cultures. Ainsi vous faites pour eux et en prime vous leur donner beaucoup d’argent ! (ex 300 euros 2 jours avec environ 20 personnes… c’est le bon plan !!). Attention à ces “Gourous” de la permaculture qui ont trouvé surtout le bon filon pour se faire des thunes sur votre dos et qui ont un mode de fonctionnement loin de la permaculture… Non ?

Permaculture Vs Survivalisme

Dans nombreux groupes facebook sur la permaculture, on trouve aussi toute la mouvance survivaliste. Je n’ai rien contre les survivalistes, hein, mais ils n’ont pas franchement l’esprit permaculturel…. Créer l’Abondance et la partager, malheureusement ce n’est pas le truc de ceux que j’ai pu rencontrer/cotoyer. Pour ceux que j’ai connu ou que je lis dans les groupes ‘permaculture’ facebook, ils sont plutôt individualistes et même voient l’autre comme un ennemis qui va venir piquer ses cultures et ses biens….

Effectivement, on ne vit pas chez les bisounours, hein, mais de là à s’armer pour virer l’ennemis qui va venir piller…. :/

et Cie

Les personnes un peu paumée et plutôt dans des conduites auto-destructives. On trouve des personnes qui sous couvert d’un mode de vie alternatif justifient certaines conduites malsaines et franchement pas “lumineuses” pour eux-même et les autres.

Ceux qui réduisent la permaculture au jardin. Nombreux se disent permaculteurs car ils cultivent sur buttes ou paillent leurs légumes.

etc…

La permaculture, bien c’est pas ça !!

La permaculture c’est une philosophie de vie

“Permaculture” signifiait initialement agriculture permanente, puis fut étendu à culture permanente, les aspects sociaux et culturels faisant partie intégrante d’un système durable. Donc, la permaculture va bien au delà de pratiques agricoles. Elle englobe une façon de produire, cultiver, agencer son environnement, mais aussi les relations humaines, l’éducation, l’instruction, le logement, le transport, l’économie etc.

La permaculture est censée nous faire changer de façon de penser le monde et donc notre rapport à soi, aux autres, à l’argent, au travail, etc… Elle est basée sur le partage, l’échange, l’esprit communautaire. C’est aussi “un esprit sain dans un corps sain” ! Pour changer le monde, faut déjà se changer soi-même.

La permaculture s’appuie sur 3 principes fondamentaux : Prendre soin de la Terre, Prendre soin de l’Humain, Créer l’Abondance et la partager.

philosophie permaculture

 

La permaculture c’est un changement de paradigme, de façon d’être, de penser, de faire…

Chez nous, à l’Antre d’Imala, vous ne trouverez pas de formations et stages onéreux en permaculture design, en conception de buttes, pour apprendre à fabriquer tel ou tel objet “permaculturel” ou de permaculture humaine etc. Vous ne nous trouverez pas non plus à procrastiner et refaire le monde assis dans un fauteuil à fumer des joints ou à planter du cana.

Par contre, vous trouverez un accueil chaleureux, convivial, fraternel, simple. Nous vous transmettrons nos savoir-faire et être en toute simplicité, sans chichi, sans “grand mot pompeux”, sans condescendance. Nous apprendrons avec plaisirs vos savoir-faire et être, car la vie est un échange et chacun apporte à l’autre.

Certains services et activités sont contre rétribution à prix fixe ou en participation libre et consciente (le troc est accepté). Mais les tarifs fixes sont toujours bas et accessibles à tous et des arrangements sont toujours possibles (paiement échelonnés, troc… ). Nous avons besoin d’un minimum de revenus ne serait-ce que pour couvrir nos frais de fonctionnement (que nous nous efforçons aux plus bas), développer et entretenir le lieu, couvrir les frais engagés lors de l’organisation d’un événement et accessoirement gagner un peu de sous afin de moins galérer à payer nos factures et avoir la gratitude de sentir notre travail et énergie rétribués. (Adhésion et tarifs).

Nous n’avons fais aucune formation en permaculture ou agricole. Perso, j’ai appris sur le tas il y a 20 ans en aidant des potes qui avaient des potagers et étaient en autonomie alimentaire, puis en expérimentant solo dans mon jardin, en cherchant dans des livres des informations, des techniques, des expériences d’autres, en échangeant avec d’autres personnes (Lire mon parcours).

La permaculture c’est avant tout du bon sens, de l’expérimentation, de l’observation et une éthique de vie.

J’aime bien cet article : https://lesmoutonsenrages.fr/2017/05/24/la-permaculture-vous-en-vivez/
Et là pour découvrir les principes de la permaculture : https://permacultureprinciples.com/fr/

%d blogueurs aiment cette page :